Participation de l’ENA à la Rencontre d’information et d’échanges sur le Master « Gestion des industries culturelles » du« Campus Senghor »





C’est avec beaucoup d’intérêt que l’ENA a participé, le Mercredi 22 Mars 2017, à la rencontre d’informations et d’échanges relative aux objectifs et au déroulement d’un Master en « gestion des industries culturelles ».

L’UFR des Civilisations, Religions, Arts et Communication de l’UGB, communément appelée CRAC, a ouvert une antenne à Dakar et c’est dans ses locaux que la rencontre a eu lieu. Après avoir souhaité la bienvenue à tous les partenaires institutionnels présents, le Directeur de l’UFR a déclaré la séance ouverte. L’Université Internationale Senghor d’Alexandrie représentée d’ailleurs par son directeur M. ASSIE, a fini par comprendre que ce n’est pas seulement en formant en Alexandrie des étudiants, qu’elle contribuera de manière efficiente au développement du continent africain.

C’est ainsi qu’elle a décidé d’externaliser les formations à travers la création des « Campus Senghor ». Ces « Campus Senghor » permettent aux étudiants qui s’y inscrivent, de recevoir les mêmes formations diplomantes que celles qui sont dispensées en Alexandrie. Ceci dit, neuf « Campus Senghor » ont été créés en Afrique et celui du Sénégal ouvert en Mai 2016, est installé à l’UGB de Saint Louis. Il existe donc un partenariat très étroit entre l’Université internationale d’Alexandrie et celle de Gaston Berger du Sénégal. Ce Master est un diplôme d’excellence formant de façon opérationnelle des cadres de haut niveau en deux ans, et il est reconnu par le CAMES. C’est dans cette dynamique que le Ministère de la Culture y a inscrit cinq de ses agents dont il prend en charge les frais de scolarité. Ce besoin de formation est tout aussi nécessaire pour les professeurs intervenant dans les filières du Supérieur au niveau de l’ENA. Cela est d’autant plus réel que personne n’ignore qu’avec la construction de la future ENAM, l’intégration des métiers culturels imposera de nouveaux contenus d’enseignements et des champs de compétences beaucoup plus élargis. La question d’une formation complémentaire destinée à des  professeurs de l’ENA qui le souhaitent s’étant posée a pu faire l’objet d’un accueil favorable avec la possibilité de faire des cours à distance. 

Enfin le Directeur de l’Université Internationale d’Alexandrie a bien apprécié ce partenariat, car il l’a souvent rappelé tout au long de la rencontre, je le cite : « nous sommes là pour répondre aux besoins spécifiques des institutions. »

Un cocktail bien garni a été offert aux participants à la fin de la rencontre.